Contacté par Givenchy Beauté pour faire partie de leur team France lors d’un voyage de presse à Tokyo sur leur tout dernier rouge à lèvre « Rouge liquide », j’ai sauté de joie. D’une je rêvais d’aller à Tokyo depuis des années. De deux, j’avais besoin d’une petite pause dans mon rôle de maman. Et de trois, je suis complètement fan des make up Givenchy. Aucune raison de refuser, même si la raison numéro 2 m’angoissait le plus. En 7,5 mois, je n’ai jamais quitté mon bébé plus de 4h. Mais j’étais justement épuisée. Épanouie, mais épuisée de ne plus dormir, de ne plus avoir de temps pour moi, pour me détendre un peu, autre que les 4h mensuelles que je m’autorise chez ma coiffeuse Myriam K de temps en temps.

Mais laisser son bébé, allaité qui plus est, c’est très difficile, je vous le confirme. Il a fallu que je me prépare des semaines à l’avance pour tirer mon lait. J’angoissais à l’idée de ne pas en tirer assez. J’avais prévu 4 Litres pour 4 jours, mais je ne savais même pas ce que mon fils buvait en 1 journée, vu qu’au sein on ne contrôle rien. Au final, je n’ai réussi à en tirer que 3,5 litres, alors c’était totalement angoissant. Et s’il n’en avait pas assez… Ma conseillère en lactation me rassurait en me disant qu’on pouvait toujours compenser avec des laitages, etc.. s’il n’y en avait pas assez, il ne fallait pas que je stresse.

J’ai carrément sollicité les 2 mamies pour qu’elles viennent garder Edan pendant que le papa travaillait. Et la nuit également, car connaissant Eddy, il aurait du mal à se réveiller. Puis donner un biberon, c’est une toute nouvelle expérience pour lui, pour nous. Quand je vous disais que j’angoissais…

Il fallait aussi que je trouve un tire-lait plus petit (le mien, un Medela loué en pharmacie, est énorme) pour pouvoir tirer mon lait partout dans Tokyo, dans l’avion etc… Et ouais, il faut continuer à stimuler pour garder la lactation et surtout les vider plusieurs fois par jour pour qu’ils ne s’engorgent pas. Je me suis procurée celui de chez Lansinoh, qui a été très pratique car petit et utilisable à piles ou branché.

Ah, toute une organisation… et j’ai forcément eu les larmes aux yeux au moment du départ. Mais je savais que ça me ferait du bien. De couper un peu le cordon. Même pour Edan, mon fils. De ne pas toujours être collé à sa maman.

Me voilà prête à embarquer avec la team France Givenchy, direction Tokyo. Tire-lait dans la valise de cabine. Je m’apprête à dormir tout le long du voyage qui est de nuit et dure 13h… Bon ça c’est ce que je croyais vu que je n’ai pas eu plus de 3h consécutives de sommeil depuis plus de 7 mois. Au final, j’ai maté 3 films, j’ai tiré 2 fois mon lait sous la couette et j’ai dormi environ 6h. Merci la classe affaire pour être confortablement allongée tout de même. 🙂

JOUR 1

Midi, nous allons déjeuner dans un petit restaurant de la ville, le restaurant Kanetanaka. Quand je dis nous, c’est Chloé notre responsable du pôle influenceur chez Givenchy beauté, Looknatamélie, Sananas, ludivineoff, mes 3 camarades blogueuses/youtubeuses France, et moi.  À savoir que durant ce voyage, nous sommes une multitude de blogueuses/youtubeuses/journalistes du monde entier présents pour découvrir en avant 1ère cette grande nouveauté make up de chez Givenchy Beauté.

 

 

Alors que dire… ce restaurant est très simpliste niveau déco, très épuré je dirais même. Et niveau nourriture… on a eu énormément de mal. Quand tu es habitué à manger japonais en France.. bah ça n’a strictement rien avoir !!! En gros, j’ai l’impression qu’ils pêchent le poisson et te le mettent directement cru dans ton assiette. C’est gluant, ça a le gout de la mer… bref on a toutes été plus ou moins unanimes sur ça, c’est immangeable.

On a ensuite eu un gentil guide français vivant ici qui nous a fait découvrir quelques coins sympa de Tokyo. Le centre commercial Omotesando Hills, monté en colimaçon (pas d’Escalators ici, les japonais font leur sport en même temps que les magasins 😉 ). Ce centre est situé sur Omotesando street, avenue comparable aux champs Elysées à Paris.  Ici, les boutiques de luxe se succèdent.

 

Nous sommes ensuite allé sur Takeshita street, une longue rue remplie de boutiques plus fun les unes que les autres. Des magasins pour déguiser ton chien, ou ton chat. Des photomatons pour se retrouver dans la peau de barbie et autres personnages, et s’amuser à se retoucher. Les écolières envahissent ce lieu d’ailleurs. On trouve également des barbes à papa géantes de toutes les couleurs. Des magasins de déguisements (ou pas, certaines s’habillent quotidiennement comme celà). À savoir que la semaine, les japonais arborent souvent un uniforme que ce soit pour l’école ou le travail, alors le week end, certains se lâchent et on peut voir toute sorte de chose 😉

Après, nous avons repris la voiture direction Shibuya. J’en ai profité pour tirer mon lait à l’abris des regards. Ça fait marrer les filles d’ailleurs, car le tire-lait n’est pas discret dans la voiture 🙂 D’ailleurs, le guide m’a carrément dit qu’il y avait un bar dans Tokyo qui rachetait le lait maternel, pour en faire des cocktails. Mais en faisant des recherches, j’ai cru comprendre que les serveuses, des mamans allaitantes, proposent aussi le lait maternel à la tétée. OMG !! (C’est le Bonybu Bar pour les curieux. )

Shibuya, quartier avec de grandes tour et des publicitées lumineuses partout (un peu comme le Time Square de New York) et le fameux carrefour géant, Shibuya crossing, avec des passages piétons qui se croisent, et où les japonais traversent dans tous les sens. Impressionnant à voir toute cette foule d’un coup. On y a aussi croisé Pikachu et spiderman en train de faire du mini Kart au milieu de la ville. C’est une activité fun à faire ici apparemment, si tu es détenteur d’un permis international.

 


POUR SHOPPER CE LOOK

Jean : Zara // Chemise : Asos // Sandales : Asos // Sac : Parfois


Et de loin, j’ai même aperçu la statue du chien Hatchi !!!! Ah ce film, une légende. Pour ceux qui ne connaissent pas je vous le recommande. Mais préparez les mouchoirs 😉 Je ne savais pas que la statue de ce chien si célèbre était ici à Tokyo. Trop heureuse de l’avoir vu 🙂

Et enfin nous avons été visiter un temple, le sanctuaire Hie jinja, caché en plein centre d’un quartier d’affaire, au milieu des tours. Un endroit très calme, très reposant, un havre de paix, où bon nombre de Tokyoites viennent se recueillir pour prier, demander de l’aide… Il y a d’ailleurs un mur de voeux où chacun peut y écrire sa prière. Nous avons aussi emprunté un escalier recouvert de torii, ces fameuses portes rouges sous lesquelles on passe pour entrer dans un sanctuaire shintô.

Nous sommes ensuite retournées nous préparer à l’hôtel Grand Hyatt pour la soirée Givenchy. J’en profite pour appeler mon fils en FaceTime et tirer mon lait pour la 4ème fois de la journée. En général, je le tirais le matin au réveil, le midi, vers 16h, puis le soir avant de sortir diner, et enfin vers 00H-1H avant de dormir.

LA SOIRÉE GIVENCHY – ROUGE LIQUIDE

J’ai sorti la robe qui flashe. Toute ravie d’avoir déniché cette merveille chez zara quelques jours avant mon départ. Moins ravie lorsque j’ai croisé une japonaise avec la même robe à la soirée. J’aurais dû faire comme dans Sex and the city et poser avec elle devant le photocall (Pensée à Samantha qui pose avec Miley Cirus lorsqu’elle découvre qu’elles ont la même robe sur un tapis rouge 🙂 )

La soirée se déroule à merveille, je m’autorise quelques coupettes de champagne d’ailleurs. Vu que je revois mon fils dans plus de 48h , je me dis que ça aura sûrement le temps de se dissiper. Mais ça monte vite à la tête quand même. Après 16 mois sans alcool.. Givenchy a sorti le grand jeu. Un show de danseuses, des serveurs pour nous restaurer entre sushis, légumes et burger, un dj qui passent plusieurs styles de musique, des stands pour faire des photos, d’autres pour tester cette nouveauté, Le Rouge Liquide, un rouge à lèvre lipstick, entre le gloss et le rouge à lèvre, entre le liquide si on en met beaucoup, et le mat si on en applique moins… Au passage, j’ai adoré cette nouveauté. Bravo à Nicolas Degennes, le directeur artistique.

J’ai d’ailleurs eu la chance de découvrir les nouveautés de plus près à l’hôtel, un petit colis avec des ballons m’attendait dans ma chambre contenant deux RAL. Seul inconvénient, il faut passer son doigt entre ses lèvres après l’avoir appliqué, sinon bonjour le rouge sur les dents. Mais je suis fan de la texture crémeuse, du packaging. J’ai hâte de tester d’autres couleurs.

JOUR 2

Aujourd’hui, grande journée avec tous les influenceurs présents. Je retrouve d’ailleurs Carodaur d’Allemagne, avec qui j’avais été à Cannes il y a 2 ans environ. Et Aurélie Vandealen, de Belgique, qui était avec moi à Hawai il y a 6 ans maintenant. Cette fois-ci, nous sortons de Tokyo pour aller déjeuner au restaurant Gora Kadan, un relais et château à Hakone à environ 1h30 de Tokyo, dans les hauteurs des montagnes. Un charmant endroit au milieu de la nature.

Cette fois-ci, je mange un peu mieux, même si ce n’est pas encore très fameux. La culture japonaise est vraiment différente de la notre. Quand aux autres filles, elles n’y arrivent toujours pas 🙁 . Je m’éclipse discrètement avant tout le monde dans les toilettes du restaurant pour  tirer mon lait avant notre prochain départ.

Nous partons ensuite prendre le Téléphérique d’Hakone jusqu’à Owakudani, avec ses sources de soufre.

Ōwakudani est un lieu très touristique, réputé pour sa vue panoramique sur le mont Fuji, son activité volcanique, mais aussi pour ses kuro-tamago,  des œufs cuits dans l’eau des sources chaudes locales. Ceux-ci prennent une couleur noire au cours de la cuisson (par réaction chimique avec le soufre et le fer contenu dans l’eau des sources), ainsi qu’une forte odeur de soufre. Selon la tradition, leur consommation accroît l’espérance de vie : en manger un apporterait sept ans de vie en plus. On s’est toute empressé d’en goûter un. 🙂

Nous avons ensuite pris le téléphérique jusque Togendai station où nous avons pris un bateau « pirate » pour nous balader sur le lac d’Ashi. C’est calme, paisible, et la vue sur le Mont Fuji est époustouflante lorsqu’il décide de se montrer.

On rentre ensuite sur Tokyo, pour dîner dans un des restaurants préférés du directeur artistique de Givenchy, le restaurant Narukiyo. L’entrée ne paie pas de mine, mais à l’intérieur c’est plutôt très sympa. Ici on mange à la japonaise, c’est à dire en chaussette et assis par terre. Et pour la première fois à Tokyo, nous nous sommes régalées. Enfin !!!!!  C’était vraiment délicieux et l’ambiance était fort sympathique. Petites anecdotes, si vous êtes attentifs aux détails, vous trouverez des pénis dans beaucoup de choses. Assez curieux, mais pas choquant. Et le chef cuisinier est apparemment le chef de Jay-Z lorsqu’il vient ici. Pour vous dire…

Dernière soirée, je rentre vite appeler mon fils. Ici nous avons 7h de décalage avec la France. Il est 17h en France, 00h à Tokyo. Je ne vais pas tarder à aller dormir car je quitte l’hôtel à 7h du matin pour prendre l’avion. Ça m’a fait beaucoup de bien de m’évader quelques jours. Mais j’ai trop hâte de les retrouver.


ET DU CÔTÉ DE EDAN …

Edan s’est très bien amusé avec ses mamies. Mais le coquin a refusé mon lait décongelé. Il ne voulait pas entendre parler de biberon ou autre. Ma maman a donc trouvé l’alternative de lui préparer des purées maison avec mon lait maternel afin qu’il en ait une dose dans la journée. Et elle compensait également avec des yaourts pour lui apporter du laitage.

Il parait qu’il a tout de même été très difficile. On sentait que sa maman lui manquait quoi. Comme il me manquait horriblement d’ailleurs. Ça fait beaucoup de bien, mais 4 jours c’est très long. À mon arrivée dans l’appartement, je suis montée dans sa chambre. Son papa tentait de l’endormir. Il m’a vu passer le pas de la porte, et il s’est mis à pleurer. Pas des larmes de douleurs, ni de tristesse, mais comme des larmes de joie mélangé à une certaine interrogation : Est-ce vraiment ma maman ? Je l’ai pris dans mes bras et j’ai pleuré avec lui. Ensuite, il n’arrêtait plus de sourire. Mon bébé !!!  Il a tellement grandit en 4 jours. Retrouvailles intenses. À présent, je me sens prête et sereine pour reprendre ma place de maman à temps plein 🙂

Pour ce qui est de l’allaitement, je n’ai pas eu de baisse de lactation, ouf j’avais peur de ça. En revanche, Edan a fait la grève de la tétée la première heure. Il paraissait tout timide, comme s’il ne savait plus comment on faisait. Puis au moment d’avoir vraiment faim, il a repris comme avant. Ce fut une sacrée expérience, et pour lui, et pour moi.  À refaire, plus sereinement cette fois-ci, mais pas maintenant. 🙂

Secrètement, J.