Je n’y croyais pas, c’était Lui. 

Il y a 8 ans environ, à mes 19 ans, je rencontrais l’homme de mes rêves, du moins c’est ce que je croyais. Je travaillais pour une société de jeux video, Activision. J’étais l’une des ambassadrices du jeu Guitar Hero. Lors d’un Salon, je bossais sur le stand Guitar hero pour présenter aux futurs gamers la toute nouvelle version du jeu.

Et c’est là que je le vis pour la première fois. 

Plus beau que jamais. Je l’avais déjà aperçu à la télévision, il jouait dans une célèbre série sur TF1 et dans plusieurs autres film. Il était encore plus craquant en vrai. Grand, brun, yeux vert noisettes, petite barbe de quelques jours, la trentaine, un sourire ravageur…

Ma collègue se jeta sur lui afin de faire une photo à ses côtés. Un peu gênée, je pris place également auprès de lui. Bien évidemment j’étais horrible sur la photo, une mine fatiguée de 3 jours intensifs de taf, une tenue anti sexy exigée par le salon (pantacourt/converse/débardeur), et mes cheveux blond mal coiffés, mais lui, il était renversant dans son petit pull noir…  Puis il disparu aussitôt dans la foule, sans même qu’on ait réellement le temps de lui parler.

– « Il a dû nous prendre pour des petites groupies. » chuchota ma collègue. 

Adieu homme de mes rêves…

J’étais encore loin de me doutais des évènements futur…

 


 2 ans et demi plus tard


 

– « Bonjour mademoiselle, j’ai l’impression de vous avoir déjà vu quelque part ? On se connait ? « 

C’était lui.L’acteur, le comédien, le tombeur. Comment m’avait-il retrouvé sur Facebook ? Connaissait-il mon nom ? Se souvenait-il vraiment de moi ? Il m’avait surement aperçu dans cette émission de téléréalité à laquelle j’ai participé. Aucune chance qu’il ne se souvienne de moi dans ce salon, il m’avait à peine adressé un regard.

–  » Peut-être bien. Mais je n’ai pas le souvenir de vous avoir croisé. » répondis-je.

Faut savoir mentir parfois. Trop groupie tue la femme fatale qui est en nous, n’est ce pas ?

–  » N’étais-tu pas dans un salon de jeux vidéo il y a quelques années ? « 

Heu, il est vraiment sérieux là ?!!!

–  » Hmm, ah exact je me souviens maintenant, tu étais venu lors d’une soirée n’est-ce pas ? « 

–  » Oui, Je me disais bien que c’était toi. Comment vas tu depuis le temps ? « 

–  » Eh bien, tout va bien, c’était il y a bientôt 3 ans, j’ai grandis depuis 😉 « 

Arghhh pourquoi lui avoir sorti cette phrase débile, bien sûr que j’avais grandis.

–  » Ça te dirait qu’on aille boire un verre à l’occasion ? « 

Je fis un bond de 15 mètres dans mon lit. Carrément que ça me dirait bien !!!

–  » Oui, pourquoi pas. »

– « Ce soir si tu veux ? »

–  » Hmmm, attend que je regarde mon agenda. «  Comme si j’avais quelques chose de mieux à faire . « Ça devrait être bon pour ce soir, disons vers 21h . « 

–  » Pas de problème pour moi, tu connais le Murano ? « 

–  » Vers République c’est ça ? « 

–  » Oui, rendez-vous là bas, c’est cosy et discret, je préfère. « 

–  » Très bien. « 

–  » À tout à l’heure, hâte de te revoir. »

Je ne répondis pas. Être la plus indifférente possible.

Merde , mais qu’est-ce-que j’allais bien pouvoir porter ??? Après un retournement total de mon armoire, 35 000 essais de tenues différentes, plusieurs crises existentielles face à mon miroir, je finis par opter pour une tenue simple : un jean bien moulant, un débardeur et des talons hauts. Rester simple, du genre : je ne me suis pas préparée pendant 3heures pour toi (même si c’est le cas), mais rester classe et sexy tout de même.

Young couple sharing a glass of red wine in restaurant, celebrat

Arrivée au bar de l’hôtel. Il était là, assis à une table haute et m’attendait sagement. Toujours aussi charmant…

– « Bonsoir. »

– « Oh bonsoir Julia… » il me toisa un instant « Effectivement tu as très bien grandis même. « 

C’est sure que ça changeait de la pauvre dégaine que j’avais il y a 3ans. Puis j’avais abandonné ma pauvre couleur blonde grillée pour un retour au châtain plus naturel, et mes traits me rendaient plus femme à présent, du haut de mes misérables 22 ans.

La soirée se passa plutôt bien. Nous discutions de tout. Je me sentais de plus en plus à l’aise. Il me parla de ses prochains tournages, je lui parlais de mes activités professionnelles entre la tv et la nuit… Puis après 3h de discussions passionnantes, nous sommes chacun rentrés de notre côté, sagement.

 Et il demanda à me revoir…

Au 2 ème rendez vous, il m’embrassa !!! C’était tout simplement, wahou. À la fois sexy et attentionné, intelligent et mature, viril et gentleman, beau et classe, il embrassait comme un dieu. Où était caché le défaut ??? Il complétait parfaitement l’homme idéal. Celui-là, il fallait que je le garde…

seduction-amoureuse3-1

Je finis mon dernier verre dans son appartement parisien. Il y avait des cartons partout. C’était apparemment ses derniers jours ici. Il en avait acheté un autre, dans un tout autre quartier de Paris et allait libérer celui-ci d’ici 1 semaine.

Les 3 cocktails enchainés juste avant me faisaient légèrement tourner la tête. Ou était-ce Lui ? Il me tendit un autre verre de vin en me fixant droit dans les yeux et s’installa à côté de moi sur son canapé. Je sentais dans son regard qu’il pourrait me dévorer sur place. Les hommes savent être si direct parfois par leur regard. Je me levai et je fis le tour de l’appartement en touchant chaque carton, essayant de changer de sujet, ses yeux toujours posés sur moi. Je devais le fuir. Je voulais le fuir. Malheureusement l’alcool avait souvent, sur moi, l’effet inverse de ce que je devais faire. Il souriait. Je devais certainement l’amuser à tourner en rond entre ses cartons.

Il se leva à son tour et s’avança vers moi.

– « C’est bien dommage de quitter un si bel appartement. J’espère que l’autre en vaut la peine. »

–  » L’autre est encore bien mieux. » répondit-il en continuant à s’avancer lentement vers moi

–  » Et tu repars quand en tournage déjà ? « 

–  » Dans une semaine. »

Il se trouvait à présent à quelques centimètres de ma bouche. Coincée contre le mur derrière moi, il m’embrassa fougueusement. Et merde… je ne su résister.

amoureuse-colloc


 

J’ouvrais les yeux. Il était là, sur l’autre rive du lit, encore bien endormi. 

un-jeune-couple-au-lit-ayant-des-problemes

Je le regardais dormir. Qu’est-ce-qu’il était beau… Je crois que je ne me lasserai jamais de le regarder. J’espérais juste que ma tête ressemble aussi à quelque chose. Mon haleine ? Potable. J’hésitais tout de même à me lever discrètement afin de rejoindre sa salle de bain et me refaire un brin de toilette avant qu’il ne se réveille. Mais elle était où sa salle de bain au fait ? 

Mes pensées d’évasion furent vite interrompues par un petit  :

– « Bonjour beauté. »

– « Oh salut », fis-je en essayant de ne pas croiser son regard, au cas où il aurait subitement envie de regretter d’avoir prononcé le mot « beauté ».

À mon grand étonnement, il vint se blottir contre moi, cherchant un câlin du matin. Était-il en manque d’affection ?

Puis il se leva d’un coup.

– « Tu veux petit dèj quelque chose ? J’ai du café et du jus d’orange. En revanche, je dois vite filer donc je ne voudrais pas te presser mais .. »

– « Oh ne t’inquiète pas, je me demandais justement l’heure qu’il était, j’ai un rendez vous et je ne voudrais pas le louper. Je ne déjeune pas en général, mais merci de la proposition. Je vais partir. »

Le seul rendez-vous que j’avais était au téléphone avec ma copine Karin pour lui raconter les moindres détails croustillants de cette soirée.

Il revint du salon avec mon soutient gorge et mon débardeur à la main.

– « Oh, merci. » lancai-je toute gênée.

Une image de la veille me revint en mémoire. Celle où il m’avait porté jusque sur le canapé, à moitié torse nu, avant de commencer à retirer mes vêtements. Sa force m’avait impressionné. Il avait réussis à me faire succomber. Après le 2ème rendez-vous ! Eh mince, ça ne rentre pas dans la règle des 3 rendez-vous ça.

couple-amoureux-sur-le-canape-149282

Enfin habillée, je sortis de la chambre à la recherche de mon téléphone , que je finis par retrouver au fond du canapé. Je lui fis un bisou sur la joue, et je partis comme une voleuse. Je ne savais même pas si nous allions nous revoir…


 

293319_284278114925472_281214198565197_1096135_95825893_n

3 semaines passèrent, et aucune nouvelles de mon amant célèbre. N’avais-je été qu’une petite jeunette de plus à son tableau de chasse entre deux tournages ?  Ou bien était-il vraiment préoccupé par son tournage ? Est-ce-que ça avait été si catastrophique que ça pour lui ?

Puis il finit par réapparaitre. Monsieur était toujours dans le sud ouest de la France, débordé de travail. Je ne pourrais malheureusement pas le voir avant un bon moment. 

Nous n’étions pas un couple. Mais je voulais tellement le revoir. Peut être que nous pourrions finir par en devenir un, un jour. Être comme Julia Robert et Richard Gere dans Pretty woman, Ou Anna Steel et Christian Grey dans Les cinquante nuances de Grey. Il me verrait juste comme une compagnie au départ et finalement, il finirait par tomber amoureux de moi…

19106125.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Malgré ça , mon sixième sens me criait de la fermer, de me protéger et m’avertissait que c’était peine perdu, que c’était le genre bourreau des coeurs avec plusieurs maitresses à la clé et que je ne m’en sortirais pas vivante .

jeune-femme-ordi

Je décidais donc de créer une nouvelle page Facebook anonyme pour mieux cerner mon bourreau. Vu que c’était par là qu’il m’avait contacté, il devait y aller régulièrement pour tchatcher ses nouvelles proies.

Création d’une nouvelle fiche :

  • Je m’appelais Elodie, je faisais des études de communication à Paris, une superbe fille aux cheveux châtain doré, naturelle, dont j’avais trouvé les photo sur un profil en Espagne. Et j’ajoutais mon amant maudit.

Évidemment, il accepta. Ah les hommes. Dès qu’ils voient une belle gonzesse, ils tombent tous dans le panneau.

Il m’aborda pour savoir si on se connaissait suite à cette demande d’ajout. On papota durant 45minutes, puis il finit par vouloir me/la voir.

N’était-il pas censé être en tournage loin de Paris ???

Oh l’ordure !!!!

J’acceptais. J’avais posé le rendez-vous pour le lendemain. Il avait proposé le Murano (tiens donc). J’avais prétexté avoir un soucis de téléphone, qu’il me fallait une heure précise pour le rendez-vous. Ce fut fixé à 20h.

Aussitôt après, je prévenais Karin que demain elle devait absolument venir avec moi au Murano, soirée entre copines, elle n’avait pas le choix. J’avais élaboré un plan parfait :

Je mettrai ma plus belle robe, je serai sexy à mourir. On prendra un verre. Et quand il rentrera dans le bar, il ne trouvera pas son "Elodie", mais moi. Et me découvrira plus sexy que jamais. Il fallait qu'il succombe et qu'il regrette et re-demande à me voir. Cette fois-ci, je l'enverrai chier. Et ensuite, je me consolerai avec mes super copines.

kate-middleton-accouche-de-son-fils-le-royal


 

Bien évidemment le lendemain, je cherchais la tenue idéale. Je finis par mettre une petite robe noire en soie et des petites chaussures ouvertes à talon aiguille. Ma chevelure doré retombait sauvagement sur mes epaules dénudées.

Je fus la première à arriver au Murano, suivi de Mel, une 2ème copine qui avait envie de sortir et m’avait rejoins dans ce plan machiavélique. Karin était en retard comme d’hab. Elle finit par m’appeler en sortant du métro. Je sortis du bar pour aller à sa rencontre quand je tombai nez à nez avec Lui !!!!

– « Toi ???? Mais que fais-tu là, tu n’étais pas censé être en tournage ? »

– « Je suis rentré plus tôt finalement. »

– « Tu as un rendez-vous ici ? »

– « Heu non, je suis venu acheter des clopes, j’en n’avais plus. »

Très bon comédien… ou pas !

– « Tu es superbe ce soir. Tu es venu avec qui ? » finit-il par me demander

– « Avec des copines, soirée entre girls. »

Je pris Karin par le bras qui venait d’arriver et je criais avant de disparaitre dans le bar un grand  » Salut, bonne soirée. »

– « Oh merde, c’est Lui ? » me demanda Karin

– « Oui. Comment j’ai été ? »

– « Parfaite, tu es sexy, belle et indifférente. Bon on va boire maintenant. »

– « Ahahah, oui, Mel nous attend à la table. »


  • Lui : "Merci de m'avoir posé un lapin Élodie, c'est pas cool."
  • Lui : "C'est sympa de t'avoir croisé hier, tu étais splendide. Tu es dispo demain ?"

Le plan avait fonctionné à merveille, et il ne s’était rendu compte de rien.

  • Elodie : "J'étais présente, je t'attendais à l'intérieur mais je ne t'ai jamais vu passer le pas de la porte. Je suis donc rentrée."
  • Julia : "Non, Demain je suis occupée. Peut être une autre fois."

 

BBB1DFB686C44F53AC2A4D7464

Puis, une semaine après, je l’ai finalement revu. Dans son nouvel appartement cette fois-ci. Il m’énervait. Ça m’énervait. Parce que je le trouvais toujours aussi craquant. Alors oui, je voulais me venger, mais mon envie de l’avoir était plus forte.

Comme chaque fois que nous nous voyions, il était classe, sexy, attentionné et tendre. Il me prenait dans ses bras, était très tactile. Comment résister à ça ???  J’aimais ce qu’il dégageait, ce charme fou qu’il envoyait dès qu’il me souriait, cette façon de me regarder, son odeur il m’intimidait, telle une groupie amoureuse.

couple-amour

Nous avons refait l’amour, 2 fois cette nuit là. C’était encore mieux que la fois précédente. Plus fort, plus intense, plus sensuel.

Je continuais de jouer l’indifférente, celle qui acceptait la situation, qui ne demandait rien de plus, de peur que si j’imposais quoique ce soit, il refuserait de me revoir. Je savais qu’il n’attendait rien de moi à part de la compagnie, de la tendresse et des parties de jambes en l’air quand il en avait besoin… Mais il finirait bien par s’attacher un jour, non ? 

Un soir, son téléphone portable se mit à vibrer, le nom d’une fille « Vanessa » apparaissait sur l’écran. Quand il revint dans le salon, il prit le téléphone et répondit au message de la garce avec un petit sourire en coin. Et moi, je me forçais à rester indifférente. Je n’avais qu’une envie, c’était de prendre son tel et de le balancer par la fenêtre pendant qu’il serait dans une autre pièce. Il penserait l’avoir perdu, perdrait tous ses numéros et on serait enfin tranquille sans qu’une autre de ses « pouffes » viennent perturber notre futur merveilleuse idylle. C’est beau de rêver hein …


 Mais….


Petit à petit, il demanda moins à me voir. Je finis par avoir de moins en moins de nouvelles. Jusqu’à ce que je finisse par comprendre que c’était fini, j’avais complètement foiré ma chance d’exécuter mon plan « séduction pour une véritable idylle ».

Monsieur avait plusieurs conquêtes, je n’étais pas la seule. Et il m’avait surement déjà bien remplacé. Beau, séduisant, célèbre, toutes les femmes à ses pieds, pourquoi ne s’en contenter que d’une seule ? J’aurais dû m’en douter. J’étais dépitée. Anéantie. Pourquoi je tombe toujours amoureuse de celui qu’il ne faut pas ?

20130430-150540-g

Je devais le zapper. Je devais le zapper. Je devais le zapper. Je devais le zapper. Je devais le zapper. Je devais le zapper. JE DEVAIS LE ZAPPER.

Puis je me suis soignée…


 Un an après


 

–  » Salut ma belle, comment vas tu ? « 

Lui ? Tiens donc, un revenant. Que veut-il encore celui-là ? En manque de maîtresses peut être ? 

–  » Oh bonjour monsieur. Parfaitement bien et toi ? « 

–  » Toujours. Je viens de rentrer à Paris pour quelques jours, ça te dirait qu’on se voit ? »

J’ai quand même hésité. Ça faisait déjà un an que j’avais décidé d’abandonner tout espoir. Et je m’en sortais plutôt bien si on ne regardait pas le nombre incalculable d’hommes qui m’ont lassé juste par leur regard. Il représentait tellement la perfection pour moi, que tout paraissait minable à côté.

Il revenait vers moi, c’était la chance à saisir. Mais ce serait repartir dans des plans foireux à la con pour le garder le plus longtemps possible près de moi jusqu’à ce qu’il rencontre une nouvelle proie n’est-ce-pas ? Encore et encore le même problème.  Un combat vers le néant…

– « Désolée, je ne suis pas dispo en ce moment. Profite bien de ce petit retour dans la capitale. Je dois y aller. Bise. »

ENVOYÉ

Ai-je fais le bon choix ?  Fuir ou souffrir ? Telle est la question. J’ai choisi de FUIR !!! Il était hors de question que je retombe dans ses filets. Je connaissais le pouvoir que détenait cet homme sur moi. Je savais pertinemment que je re-craquerais et re-souffrirais.

Je n’étais pas un bouche-trou occasionnel.

Je suis une Julia certes, mais ce n’était pas Lui mon Richard Gere.

Et puis Fuck Pretty woman !


 

Enseignements À SUIVRE pour mieux me protéger :

  1. Ne jamais tomber amoureuse d’une célébrité, sauf s’il souhaite m’épouser. Ce n’est pas du véritable amour. Ce type d’amour idéalisé est une rêverie compensatrice, un moyen d’échapper à une réalité un peu fade…
  2. Ne jamais imaginer et espérer une vie de couple avec mon amant, même si c’est Brad Pitt.
  3. Ne jamais accepter de n’être qu’un plan Q , surtout si je désire être plus, uniquement par peur de ne plus le revoir.
  4. Ne jamais vouloir l’homme parfait. Il n’existe pas.
  5. Ne jamais faire confiance à un homme qui m’aborde sur les réseaux sociaux. Je ne suis sûrement pas sa seule proie.
  6. Ne jamais coucher avant le 3ème rendez-vous, voir le 5ème. Plus la course est longue, plus le gain a de l’intérêt. Quoique dans Pretty Woman elle se vend carrément le 1er soir, n’importe quoi ça aussi.
  7. Ne jamais courir le voir dès qu’il me le demande. Savoir refuser, se faire désirer.
  8. Ne jamais espérais l’attention unique d’un homme qui a déjà plusieurs maitresses. Peine perdue… il doit aimer sa vie ainsi.
  9. Ne jamais donner sa chance à un menteur.
  10. Ne jamais boire d’alcool en compagnie de Lui.

1-mireille_thumb

 

« Elle passe ses nuits sans dormir, À gâcher son bel avenir, La groupie du pianiste, Dieu que cette fille à l’air triste, Amoureuse d’un égoïste. »

Michel Berger

Secrètement, J.