{…} Quel stress !!!!!

Dans 3h à peine, j’ai mon 1er rendez-vous. Je vais boire un café dans un bar. L’homme en question discute avec moi depuis des jours sur internet. Derrière un écran et avec toutes les photos les plus flatteuses que j’ai trouvé, c’est plus ou moins facile de le séduire. Mais dans 3h, il va me voir en chair et en os, il va entendre ma voix, analyser mes expressions, mes mimiques, mon charisme.

« Et si je ne lui plaisais pas en vrai ? »

C’est bien pour ça que depuis 1h, j’ai l’air totalement débile devant mon miroir à me faire la conversation toute seule, en essayant de donner le meilleur de moi-même.

Mais la question ultra primordiale à ce moment précis reste : « Qu’est ce que je vais bien pouvoir me mettre ? »

Carrie Bradshaw 500px

D’où une préparation 3h avant, qui comprend :  

Un essayage de toute ma garde robe. Un bordel monstre sur mon lit. Un brushing lisse, transformé en boucles. Un masque posé sur le visage pendant que j’exécute une épilation de dernière minute, sait-on jamais… si je suis amenée à faire un défilé en bikini au cours de la soirée… rohhhh tout de suite vous alors !!! . Une nouvelle couche de vernis à ongle pour recouvrir ce vieux vernis écaillé de 3 jours. 20 minutes d’attente de séchage pour finalement bousiller tout ce travail de manucure en passant ma main dans mes cheveux.  Un maquillage trop prononcé, démaquillée, puis remaquillée plus sagement en tentant de suivre les conseils d’une youtubeuse sur internet. Suivi de quelques crises d’hystérie et d’autres changements de tenue. Une robe rouge, trop provocante. Une jupe courte, trop allumeuse. Un décolleté plongeant, je t’invite direct à regarder ma superbe poitrine. Un jean, tennis, trop de laisser aller. Jusqu’à ce que je me rende compte qu’il est déjà l’heure de partir. Que je n’ai plus le temps de me changer. Que mon appart est en bordel total. Qu‘il est hors de question que je rentre chez moi avec mon rencard ce soir dans ce foutoir. Que ce sera une très bonne excuse pour ne pas coucher le premier soir. {…}

{…} Je sors du métro, adoptant un pas pressé, le coeur palpitant en approchant du but. Dans quelques mètres à peine, je vais devoir entrer dans ce bar où mon rencard m’attend déjà depuis 10 minutes. Stressée, je cherche le moindre reflet dans les vitrines des boutiques qui me séparent du but final. Il fait chaud, je transpire. Ou bien est-ce le stress qui monte et cette boule au ventre soudaine qui devient de plus en plus désagréable ? Heureusement que ce déodorant Sanex est assez efficace n’empêche. À la dernière vitrine, je m’arrête. Dernier coup d’oeil. Reprenant un souffle normal, tentant de remettre mes cheveux en ordre. « Arf, mes boucles n’ont pas tenu », « Mince, j’aurais dû mettre ma petite robe noire, ce jean n’est pas assez sexy. » « Oh non, j’ai oublié ma trousse à maquillage » C’est foutu pour la dernière retouche make up, il fallait bien que cette transpiration n’ait pas épargné mon teint, ça aurait été trop beau. J’abandonne mes vieilles tennis dans mon sac pour mettre ma toute nouvelle paire de talons achetée pour l’occasion . À ce moment précis, je l’avoue, je me soucie plus de savoir si je vais lui plaire, que de découvrir si finalement lui va me plaire. Bon aller, je prend une grande inspiration, prépare mon plus beau regard en mode femme fatale, même si je n’ai plus du tout la même allure fière que j’aborais 35 minutes plus tôt. J’entre. Et je n’ai déjà pas l’air conne à le chercher partout du regard, complètement perdue.

Richard Kalvar


 

les-petits-mouchoirs-little-white-lies-20-10-2010-20-10-2010-21-g

{…} Celà fait 10 minutes environ que vous êtes assis à cette table. Elle vous a prévenu par un SMS qu’elle aurait un peu de retard. Vous vous impatientez, cherchant la meilleure position pour l’accueillir, relisant la carte 12 fois sans vraiment faire attention à ce qu’elle propose. Votre coeur bat un peu plus la chamade à chaque fois que la porte s’ouvre. Vous hésitez à commander un verre en l’attendant. Vous regardez votre téléphone toutes les 2 minutes. Vous vous demandez si elle sera différente de la manière dont vous l’avez imaginé. Et espérez profondément qu’elle sera identique. Vous vérifiez l’odeur de votre haleine. Vous décidez tout de même de mâcher un chewing-gum par sécurité. « Mince, ça fait peut être négligé ». Vous cherchez où vous allez bien pouvoir vous en débarrasser ensuite. « Sous la table ? » . Et tout à coup, vous l’apercevez. Elle vient de faire son entrée dans le bar et semble vous chercher du regard. Instinctivement, vous levez la main pour qu’elle vous remarque, affichant un sourire débile qui signifie « je suis là, houhouuuu, regarde moi bordel » . Ses yeux croisent les vôtres, elle se met à sourire bêtement à son tour tout en se dirigeant timidement vers vous. Elle se prend le coin d’une table maladroitement. Vous vous sentez soulagé de ne pas avoir encore fait de gaffe. Mince, vous avez le chewing-gum collé entre vos doigts.

Le premier rencard

faire_bilan_premier_rendez-vous_blog_rendez-vous

On a beau essayer de le préparer au mieux, ça se passe rarement comme on l’avait imaginé. La loi de la Spontanéité. Du feeling. Rien ne vaut le naturel. Et si on tombe sur une personne qui sait nous mettre en confiance, c’est le jackpot.

Malheureusement, dur d’être à l’aise devant un « inconnu » hein !?!.

On imagine qu’il devrait y avoir une bible du 1er rencard, une liste de chose à faire et ne pas faire pour plaire à la personne en face de nous et nous permettre de ne pas nous pénaliser. .

Un gros décolleté tu ne mettras point.
Sourire à toutes ses vannes, tu devras faire.
Du rouge, tu devras porter.
...
bla bla bla

Infographie-vêtement-ok

Et si nous étions nous même tout simplement.

C’est vrai ça, tout le monde est différent. Si on ne plaît pas en étant nous même, à quoi ça sert de plaire, n’est-ce pas ? Le problème c’est que, dans ce genre de cas, on perd tous très vite nos moyens lorsqu’il faut montrer le meilleur de nous même. La peur d’en faire trop, pas assez… alors avoir un chemin à suivre nous permet de ne pas trop sombrer dans l’abîme. Je veux bien vous l’accorder.

Mais l’essentiel pour être naturelle, et non paralysée par cet homme qui nous fixe, est surtout d’apprendre à contrôler son stress. Derrière votre ordi, vous avez été vous-même et si vous avez dégoté un 1er rencard, c’est que vous lui plaisiez déjà. Mais non, je sais, ça ne vous suffit toujours pas pour arrêter de stresser !!!

On est mal barré !!!

Vous savez que c’est ce stress qui va déborder de votre tronche en entrant dans ce bar.

Affiché en pleine face, aussi voyant qu’une voiture en plein phare, la nuit, sur une route de campagne.

De toute manière, vous êtes foutue d’avance, le stress fait parti de la vie, il est IMPOSSIBLE à éliminer !!!

Mais on peut tout au pire le diminuer...

Ce qui est à l’origine du stress, ce n’est pas la situation dans laquelle on se trouve, mais ce sont les pensées négatives que nous avons sur nous-même.
« Et si je ne lui plaisais pas ? » « Et s’il me trouve trop grosse ? » « Et si je ne sais pas quoi dire ? » « Et s’il changeait d’avis sur moi ? »

Il vous suffit donc juste d’inverser les rôles !!!


LA BIBLE QUE TU DOIS TE RENTRER DANS LE CRÂNE AVANT UN RENCARD


1 – EGAUX, NOUS SOMMES TOUS !! Dites-vous bien une chose, ce jeune homme est comme vous. Il mange, il dort, il chie. Rien de plus. Rien de moins. Donc ne vous sous-estimez pas. Ça se trouve c’est un alcoolique, un timide, un puçeau, ou même pire, il a un micro-pénis… bref, en gros, ne vous mettez pas une grosse pression. Mais ne vous sur-estimez pas non plus.  Lui aussi se retrouve devant une inconnue, lui aussi va vouloir sortir le grand jeu pour plaire. Et lui aussi va se croire inférieur, soucieux du moindre faux pas. N’est-ce pas ironique de se retrouver confronté au même stress émotionnel ? #danslamêmemerde

2 – À LA HAUTEUR, LE SERA T’IL ? Certes, vous voulez lui plaire avant tout, mais la question primordiale c’est EST-CE-QUE LUI VA ME PLAIRE ? Parce que sincèrement, mettre 3h à se faire belle pour un mec qui va vous saouler au bout de 30 sec, avoir un zozotement indescriptible, un gros bout vert gluant entre les dents, des postillons qui font 3km de long, une voix super agaçante, un strabisme vers la fille de droite, ou encore le muet de service… tout d’un coup, vous ne voyez plus le même intérêt hein !?! Je vous dis ça parce que… ça m’est arrivé un jour… #stressinutile

3 – LE POUVOIR, LA FEMME AURA !! Dites-vous bien que vous êtes une femme, et que les femmes ont un certain pouvoir face aux hommes. L’attraction sexuel. Et oui, ne faites pas ces gros yeux. C’est par là qu’on les tient toutes, malheureusement. Quoiqu’il arrive, il cherchera sûrement à vous avoir pour une nuit, si ce n’est plus. Bah oui, s’il vous a invité, c’est que vous lui plaisiez déjà un minimum non ?!? À moins que vous êtes complètement différente en vraie que sur toutes vos photo photoshopées… Bref, un mec sur internet peut chercher des relations, je ne dis pas le contraire, mais si ça ne marche pas, il ne dira pas non à un petit coup. Il niera sûrement, mais nous ne sommes pas nées de la dernière pluie. Ils sont très forts à ce petit jeu, et nombreuses sont celles qui cèdent et qui n’ont bizarrement plus aucune nouvelles le lendemain.  À vous d’être machiavélique. Attirante, sublime, intelligente  mais totalement inaccessible. L’homme a besoin de défis dans la vie. Et une femme qui s’offre trop vite à lui est souvent celle qu’il ne choisira que pour une nuit. Vous le voulez vraiment, titillez-le mais résistez-lui ! #suismoijetefuisfuismoijetesuis

4 – PERDRE, TU NE CRAINDRAS POINT !!  Regardez-vous dans le miroir et dites-vous : Je suis une fille géniale, je n’ai rien à perdre !!! C’est vrai, vous allez perdre quoi si vous ne lui plaisez pas ? Vous n’allez pas me dire que vous êtes déjà amoureuse de lui, vous ne l’avez jamais rencontré. Et ne me dites pas votre fierté s’il vous plaît. Vous perdrez juste un trou du cul sur le net, ce n’est pas la fin du monde !!! La vie reprendra son court. Bon au bout du 36ème premiers rencards, on se penchera sur la question du « Qu’est ce qui cloche chez vous ? » #Rienàperdre

5 – ASSURER TES ARRIÈRES, TU DEVRAS !!  Il faut s’attendre au pire. Si le mec est un raté, vous allez passer une longue et interminable heure atroce en sa compagnie. Prévenez une copine de vous sortir de cette galère dès que vous lui lancerez un signal. Et si malheureusement vous n’avez pas d’amis, on ne sait jamais, il existe une application géniale pour ça : Dorothy . Vous allez pouvoir vite rentrer chez vous et oublier ce con. #mieuxvautprévenirqueguérir

6 – METTRE À L’AISE, SON RÔLE EST !!! Bah ouais, vous n’êtes pas n’importe qui d’abord. Vous êtes LA fille qu’il veut voir ce soir. Celle pour qui il a un intérêt particulier ces derniers temps. Alors s’il est si génial que ça, il va se démerder pour que tout se passe bien. Son objectif en allant à ce rendez-vous, c’est de vous mettre à l’aise et de vous faire rire. Je continue à préciser : SI C’EST UN MEC BIEN !!! Le pauvre, si vous êtes au bord du suicide, il va en avoir du boulot !!!  Donc, rassurez-vous, vous n’êtes pas toute seule à devoir assurer à ce rendez-vous !!!  #3615détresserelayée

7 – À TROP STRESSER, LE PIRE SERA IMAGINÉ !! C’est bien connu, stresser amène une forme de paranoia. Et parfois, on loupe de belles occasions à imaginer le pire ….


{ELLE} Je m’assois face à lui, aussi mignon que sur ses photos, voir un peu plus. Je dois être rouge écarlate, j’aimerais disparaître sous la table. J‘ai cette fâcheuse tendance à gigoter dans tous les sens, nerveuse, en touchant chaque objet sur la table. Je ne comprend pas pourquoi je prend mon téléphone posé à droite sur la table, pour venir le mettre à gauche. Alors au bout d’un moment, j’essaie de me calmer et de me concentrer sur lui. Ses yeux, vert intense, il est vraiment trop beau. Il a un bras sous la table qu’il agite bizarrement. J’espère qu’il ne fait pas ce que j’imagine. Arfff pourquoi je me suis mise cette image dans la tête maintenant. 

{LUI} Vous la regardez. Encore plus belle en vraie. Alleluia. Elle a un de ces charmes lorsqu’elle sourit. Mais ce foutu chewing-gum est toujours bien collé. Vous gardez donc ce bras sous la table en essayant de vous en débarrasser au maximum. Plus le choix que d’essayer de le coller dégueulassement quelque part. C’est qu’il s’accroche bien ce fumier. Elle raconte ses péripéties pour venir, en touchant presque tous les objets de la table, et en en déplaçant certain. Aurait-elle un tic ? Oh non, pourvu que ce ne soit pas ça. Votre ex avait un tic, une sorte de maniaco dépressive, à vouloir absolument que chaque objet soit à sa place, au millimètre près. Un enfer de vivre avec elle. « Faites que je ne les attire pas toutes !!! »

{ELLE} Il me pose des questions sur mon métier, mais je suis de plus en plus intriguée par ce qui se passe sous cette table. « Eh merde, encore un pervers, j’en suis sure ». J’ai le malheur de ne tomber que sur des gens bizarres. Enfin là ce serait le pompon quand même. Je lui répond que je bosse comme journaliste pour un magazine de mode tout en regardant ce que je pourrais faire tomber de la table pour le ramasser. Mais j’ai vraiment peur de ce que je pourrai voir. Je n’ose même pas.

{LUI} La voilà qui fixe à nouveau tous les objets. En plus, elle répond avec deux de tensions à vos questions. Comme si elle s’en foutait royalement de vous. Vous détestez les femmes hautaines. Avec son sourire de faux-cul en plus. Vous finissez par vous demander ce que vous foutez là. Et ce chewing-gum qui reste collé en faisant de grand fils entre vos doigts. Super le rencard. Oh, elle vous pose une question sur vos hobbies quand même, un semblant d’intérêt, c’est presque touchant.

{ELLE} J’ai l’impression d’être dans une série policière, me retrouvant à devoir interroger un pervers sexuel qui se sert d’internet pour attirer ses proies. Peut être que je réussirai à en découvrir plus si je sais ce qu’il aime faire. C’est dommage n’empêche, il est vraiment canon. « Ce sont les plus dingues » me disait ma meilleure amie. J’aurais dû l’écouter. Tiens, d’ailleurs, il serait peut être judicieux que je lance le signal pour qu’elle vienne me tirer de cette galère avant qu’il ne soit trop tard. Je prend mon telephone, et je la bip. 

{LUI} Vous répondez à sa question, mais elle n’a même pas l’air d’écouter que vous aimez l’art contemporain. Et, normal, elle prend son tel comme si vous étiez d’un ennui mortel. Mince alors, elle semblait tellement différente sur internet. Son telephone sonne, et elle s’empresse de répondre, bah voyons

{ELLE} « Allo, oui ma puce. Je suis en rendez-vous là, que se passe t’il ? Quoi, Papa est à l’hopital ? Que s’est il passé ? Ok ok calme toi, j’arrive tout de suite. «  . « Je suis désolée, je dois partir, c’est une urgence, ma petite soeur m’a appelé… » lui fis-je en raccrochant au telephone avec ma meilleure amie morte de rire dans le combiné. 

{LUI} Bon débarras, pensez-vous. « Très bien, très bien pas de soucis je comprend » Vous vous levez pour lui dire au revoir. Votre main frôle la sienne. Elle vous regarde suspectement, en faisant une belle grimace. Vous baissez votre regard vers votre main. La fameuse main remplie de chewing-gum. Toute blanche et collante. À peine vous levez le regard pour lui expliquer, qu’elle a déjà quitté le bar. 

 LA VIE EST TROP COURTE POUR PERDRE UNE PART DE BONHEUR À STRESSER

 


 

« À ce rendez-vous, j’aurais voulu faire aigle royal, ou goéland majestueusement cool, mais au lieu de ça, j’ai fait canari stressé empêtré dans ses soubresauts. »

La Mécanique du coeur – Mathias Malzieu

Secrètement, J.